Le risque de change, quels impacts sur mon entreprise ?

Êtes-vous exposé au risque de change ? Si votre entreprise possède un business à l’international, alors vous êtes très certainement amené à effectuer des transactions commerciales ou des investissements dans une devise qui n’est pas la vôtre. Dans ce cas, vous êtes concerné par le risque de change. Qu’est-ce que le risque de change exactement, quelles peuvent être les conséquences pour votre entreprise ?

Le risque de change, qu’est ce que c’est ?

Par définition, le risque de change correspond à l’éventualité pour une entreprise d’être impactée par une variation du taux de change entre sa devise locale et la devise utilisée au cours d’une opération avec un pays étranger.

Sur le marché des changes, également appelé FOREX pour Foreign Exchange, la valeur d’une devise est exprimée en fonction de la valeur d’une autre devise, c’est ce qui définit son cours de change. Les cours de change sont déterminés de gré à gré, souvent en fonction d’éléments complexes à anticiper comme les différentiels de taux d’intérêt, les échanges commerciaux, ou même la stabilité politique d’un pays, ce qui les rend très volatiles.

Risque de change définition

Le risque de change représente un enjeu majeur pour les trésoriers et les Directions Financières, puisqu’entre la date de conclusion du contrat et la date du flux correspondant au règlement, le cours de change des devises va très certainement fluctuer.

Le risque de change : quelles conséquences pour votre entreprise ?

La fluctuation des cours de change peut impacter votre entreprise de différentes manières :

1. Le risque de change transactionnel

Votre entreprise utilise l’euro comme devise, vous êtes en train d’effectuer une opération avec une entreprise aux Etats-Unis. L’entreprise achète votre service en USD, alors, il faudra prendre en compte la valeur d’un euro en dollars américain (USD), ceci s’exprime sous la forme d’une paire de devises (EUR/USD).

Ici, la fluctuation du dollar représente un risque qualifié de risque de change transactionnel, car en cas d’évolution défavorable de cette devise par rapport à l’euro, votre entreprise peut être affectée négativement par une perte de change. C’est la conséquence la plus fréquente du risque de change : lorsqu’il n’est pas maîtrisé, il peut engendrer une réduction des marges de l’entreprise et contribuer à la baisse de sa rentabilité.

2. Les risques économiques

Votre entreprise détient des actifs aux Etats-Unis, une usine par exemple. Le risque ici serait de faire face à une dépréciation de la devise du pays. Les fluctuations du taux de change de l’USD peuvent avoir des impacts sur la valeur future de votre entreprise, la compétitivité à court, moyen et long terme de ses produits/services.

3. Le risque de change comptable ou de consolidation

Votre entreprise possède des filiales dans différents pays du monde, et chaque année, vous effectuez un bilan consolidé. Vous faites alors remonter les revenus générés par les filiales vers la maison mère. Ces revenus peuvent être affectés par les mouvements du marché des changes lors de leur rapatriement.

Comment prémunir votre entreprise contre le risque de change ?

Malheureusement, le risque de change est inhérent à la majorité des entreprises internationales. S’il n’est pas pris en compte et maîtrisé, il peut nuire à la croissance de l’entreprise.

Risque de change se prémunir

Dans un premier temps, il est intéressant de regarder devise par devise quelle est la position de change et déterminer, en fonction du type de transaction, quelle est la politique de change qui doit être appliquée.
Cette politique, dont la rédaction est en général à la charge du trésorier, doit ensuite être validée par l’organe directeur ad hoc. Elle permettra ensuite au trésorier de savoir quelle protection contre le risque de change doit être réalisée, et dans quelle proportion (20 % du risque, 80%, 100% ?). En fonction de cette analyse, vous pourrez opter pour la solution de couverture qui vous convient le mieux. Une solution de couverture de change permet entre autres de verrouiller le taux de change, différentes options existent en fonction du besoin (ponctuel ou récurrent) et du type de couverture recherché (simple ou complexe).

5 types de couverture de change
  • Le contrat à terme : permet de verrouiller le taux de change d’une transaction à une date fixe, par exemple lors de l’édition de la facture

  • Le swap de change : c’est un accord de crédit réciproque (Prêt/Emprunt dans une devise contre un Prêt/un Emprunt dans une autre devise). Cela permet de combiner simultanément deux opérations de change (au comptant et à terme) à des dates définies avec la banque et à des cours fixés à l’avance

  • L’option de change : donne la possibilité à l’entreprise d’acheter ou de vendre un montant donné de devises à une date déterminée et à un cours fixé d’avance, moyennant le paiement d’une prime

  • Les clauses d’indexation : elles peuvent être fixées dans un contrat d’achat ou de vente et permettent de définir les modalités de partage ou de la prise en charge du risque de change entre l’acheteur et le vendeur si une variation du cours de change de la devise choisie interviendrait

  • L’assurance change : contrat à souscrire auprès d’un organisme financier et qui vous garantit une protection contre le risque de change tout au long d’une transaction.